Des caméras de surveillance dans les abattoirs

Une commission d’enquête parlementaire fait 65 propositions pour améliorer les conditions d’abattage. Des propositions d'autant plus d'actualités avec l'émotion suscitée par la diffusion des images prises dans un abattoir par l’association L214


65 propositions pour améliorer les conditions d’abattage


Les députés proposent différentes mesures pour plus de contrôles et de transparence au niveau de l'abbatage des animaux. Ils proposent par exemple l'installation obligatoire de caméras dans « toutes les zones dans lesquelles des animaux vivants sont manipulés ».

Ces enregistrements seraient réservés uniquement à la « direction de l’abattoir, aux représentants des salariés, aux services de l’État et éventuellement à la justice si cette dernière est saisie ». Ils permettrait de contrôler les bonnes ou les mauvaises pratiques. En effet, les députés précisent que ces caméras ne serviront jamais à la surveillence du personnels. 

Par ailleurs, les députés souhaitent mettre en place des actions de formation professionnelle. En effet, selon le journal La Croix, les salariés « travaillent dans des conditions psychiques et physiques très éprouvantes ».

 

Une des propositions plaide également le fait « d'augmenter le recrutement de vétérinaires et de techniciens supérieurs du ministère de l’agriculture », et d'obliger la présence « permanente d’un agent des services vétérinaires aux postes d’étourdissement et de mise à mort » dans les abattoirs de plus de 50 salariés.

 

Mots clés : cause animale